• International,

La vie parisienne de Juan Pablo

Étudiant en communication aux États-Unis, Juan Pablo a toujours voulu apprendre une nouvelle langue. Le français est rapidement apparu comme une évidence. Après un semestre à l’ILCF, il raconte son expérience.

étudiant étranger ILCF

étudiant étranger ILCF


Un apprentissage ludique du français


Arrivé à Paris il y a 4 mois sans aucune base de français, Juan Pablo peut aujourd’hui parfaitement tenir une conversation et comprendre tout ce qu’on lui dit. Son évolution s’explique par les cours suivis à l’Institut de Langue et de Culture Françaises, qui l’ont beaucoup fait progresser. « Avant d’arriver à Paris, je ne savais rien dire du tout en français. J’appréhendais les cours et j’avais peur de ne rien comprendre », raconte-t-il, avant d’ajouter « j’avais essayé de regarder une série française avec Omar Sy pour commencer à m’habituer à la langue, mais je ne comprenais vraiment rien ».

Pourtant, Juan Pablo a un avantage : celui de parler espagnol, grâce à ses parents, originaires du Mexique. Il raconte : « Pour moi, c’était plus simple d’apprendre une autre langue latine, même si au départ c’était vraiment difficile ». Cependant, « après deux semaines seulement », l’étudiant bostonnais commençait déjà à bien comprendre le professeur. « La qualité principale de ma classe, c’est que les cours sont toujours amusants : on chante, on fait des activités et on apprend en même temps ! », explique-t-il. De plus, Juan Pablo relève la cohésion qui règne pendant les cours : « je m’entends très bien avec mes camarades de classe, ils sont tous très sympathiques ».
 

Paris, une ville à vivre


En-dehors des cours à l’ILCF, Juan Pablo expérimente une vie étudiante bien remplie à Paris : « je me suis inscrit dans un club de football français ! Les autres joueurs parlaient un peu espagnol et le prof fait l’effort de me parler plus lentement. Je me suis senti bien accueilli », relate le jeune américain. Vivant dans le 15ème arrondissement avec sa copine française, il découvre un mode de vie plus spontané : « J’adore la vie à Paris, et je préfère vivre ici qu’à Boston. Ici, tout est facile. On peut se balader à pied partout, visiter des endroits librement. Aux États-Unis, on dépend trop de nos voitures. », confie l’étudiant. Pour conclure, Juan Pablo déclare : « ce que je préfère à Paris, c’est le fait que tout soit accessible facilement ».