• International,

Anna, l'amour du français de mère en fille

À 18 ans seulement, Anna, une jeune étudiante suédoise, décide de venir à Paris prendre des cours de français à l'ILCF sur les conseils de sa maman.

photo Anna suédoise ILCF

photo Anna suédoise ILCF

C’est une jolie histoire que celle d’Anna et de sa maman. La jeune femme est Suédoise et souhaite faire des études de médecine dans son pays. Mais avant d'entrer à l’université, elle souhaitait prendre une année sabbatique et venir apprendre le Français à Paris : « ma maman a étudié ici il y a 38 ans, j’ai donc fait des recherches sur internet pour savoir si l’institut existait encore ! » raconte-t-elle.

« Elle avait mon âge quand elle est venue prendre des cours à l’ILCF. Elle m’a dit que c’était un endroit très sympa et que l’établissement était magnifique », explique Anna. Suivant les traces de sa maman, c’est avec enthousiasme qu’elle découvre l’Institut de Langue et de Culture Françaises : « maintenant, je veux rester aussi le semestre prochain pour développer mon niveau de langue. Je suis même en train de faire mon CV en Français pour trouver un job étudiant à Paris », dévoile la jeune suédoise.

Anna avait déjà des bases de Français, « mais ça n’a rien à voir avec l’étude approfondie que l’on fait ici », confie-t-elle. « Mes professeurs sont vraiment impliqués. Dans ma classe, on parle beaucoup et c’est ce que je recherchais pour réellement m’améliorer », ajoute la jeune femme. Prenant pour exemple le parcours de sa maman, elle raconte que celle-ci « aime l’idée que je veuille faire comme elle et apprenne le Français, c’est une langue qu’elle adore malgré sa complexité »

Côté vie étudiante, Anna n’est pas déçue et témoigne de ses rencontres à l’ILCF : « j’ai trouvé ici des amis très proches et qui viennent du monde entier, c’est vraiment super ». Par ailleurs, la jeune Suédoise explique à quel point elle aime vivre à Paris : « j’adore me promener, admirer les bâtiments, manger dans les boulangeries. En plus, ici, c’est moins cher qu’en Suède ! ». Pour finir, Anna décrit l’ICP comme un « lieu unique où les espaces sont adaptés pour avoir de bonnes discussions entre amis ».